Poésie

ECHO

ECHO

Les phares rouges 

Le noir de l’encens

Les rêveurs de paille

Les discoureurs du jour

Les ivrognes des rues

Les marcheurs frustrés

Les delireurs de nuit

L’oppression en pleine rue 

Dans un monde en furie

On courait à perte de vue 

La tête pleine de rêves

Les yeux pleins de fièvre

On contemplait accablé

la mort d’une jeunesse affaiblie

Dans la coupe de leurs sacrifices 

Ils buvaient jusqu’à la lie 

Le sang de leurs victimes

Espoir et désespoir 

Ne formait plus qu’un 

Dans cet engrenage de vices

Ou la mort de l’être 

Ne semblait paraître 

Que le simple revers 

D’un destin sombre et mélancolique …

Je partage !

Laisser un commentaire